L’arbre en colère


Il était une fois,

Un Arbre magnifique et puissant qui poussait au bord d’un lac très calme.
Les pigeons se balançaient sur ses branches, les moineaux jouaient à cache cache dans ses feuilles et les écureuils couraient le long de son tronc en le chatouillant.
Les lapins, les écureuils et les oiseaux jouaient autour de lui et poussaient des cris de joie!

C’était un Arbre plein de vie et tous les animaux de la forêt l’aimaient bien.

Et l’Arbre était leur ami et leur offrait des feuilles pour jouer, les chassait avec ses longues branches et riait de toute son écorce en murmurant :
– Je vais vous attraper !!!

Ce qu’il aimait le plus c’était le matin, quand tous les oiseaux dormaient nichés dans ses feuilles et les écureuils ronflaient dans leurs hottes. L’Arbre levait ses branches vers le ciel et les secouait fortement. Alors toutes les perles de rosée tombaient sur la tète des oiseaux et des écureuils endormis et l’Arbre n’en pouvait plus de rire.

C’est comme ça que tous les matins commençaient et l’Arbre s’amusait bien avec ses amis.

Mais aujourd’hui quelque chose n’allait pas bien, quelque chose semblait le déranger comme si son écorce n’était pas bien à sa place, comme si ses racines ne tenaient pas bien et l’Arbre avait peur de perdre l’équilibre, comme si les feuilles tournaient et s’agitaient autour de lui et lui donnaient le vertige.
– Hmm c’est peut-être à cause du Vent, pensa-t-il.
C’est étrange mais le Vent ne soufflait pas, tout était calme et tranquille autour de lui. Comme d’habitude les oiseaux gazouillaient, les écureuils sautaient ici et là et les lapins jouaient autour de ses racines.

Et pourtant … ce Vent ne le laissait pas en paix.
Deux moineaux commencent à crier et à se pousser l’une l’autre en s’arrachant les plumes!
– Mais quel vacarme! cria l’Arbre tout d’un coup et secoua fortement ses branches. Arrêtez tout de suite! hurla l’Arbre et agita ses branches dans tous les sens en frappant les oiseaux.
Effrayés, les oiseaux volèrent sur un autre arbre :
– Mais qu’est ce qui lui prend ? N’a-t-il jamais vu des oiseaux se disputer ?

Mais l’Arbre n’entendait plus rien, il semblait s’être transformé ! Il secouait si fort son tronc que des morceaux d’écorce sautaient dans tous les sens ! Les branches se frappaient les unes contre les autres et jaillissaient au-dessus comme si l’Arbre voulait griffer le Ciel. Des morceaux d’écorce et des brindilles cassées tombaient de tous les cotés et frappaient les lapins au-dessous de l’Arbre.
La colère de l’Arbre grandissait et cette fois-ci ses racines puissantes arrachaient la terre autour de lui. Les branches se jetaient aveugles vers les petites fleurs et les claquaient sans pitié, secouaient les flocons des pissenlits et arrachaient les brins d’herbe.
Les écureuils et les lapins couraient dans tous les sens, les oiseaux volaient agités au-dessus de l’Arbre et les insectes tremblaient et se cachaient pour se sauver.
Autour de l’Arbre, tout était devenu vide, tous les animaux s’étaient enfuis, les fleurs ne respiraient plus et les brins d’herbe restaient abattus au sol.

Alors, tout d’un coup, l’Arbre s’est arrêté, les branches figées en l’air : Tout était vide autour de lui.
Cette fois-ci, le Vent soufflait doucement mais l’Arbre restait figé et ne pouvait plus bouger ses branches, son tronc lui faisait mal et les racines le piquaient.
Mais qu’est ce qu’il s’est passé ? Où étaient tous ses amis? Des morceaux de feuilles et de brindilles gisaient par terre. Il se sentait complètement vide à l’intérieur et à l’extérieur.
– Oh qu’est ce que j’ai fait ? soupira l’Arbre.

Un petit garçon qui se promenait aux alentours a entendu l’Arbre pleurer et s’est approché de lui. Il a compris tout de suite ce qui s’est passé, l’a pris tendrement dans ses bras tout en caressant son tronc.

– Tu sais, ça m’est arrivé à moi aussi. Veux-tu que je te raconte ?
L’Arbre s’est penché vers le garçon pour mieux écouter.
– D’habitude, je suis un garçon très gentil mais parfois quand quelque chose me dérange, je perds mon contrôle et je me mets encore plus en colère que toi.
L’Arbre sourit :
– Oh je ne le crois pas … Ce que j’ai fait est terrible, j’ai fait du mal à mes amis et ils se sont tous sauvés! J’ai si honte que je ne peux même plus les regarder dans les yeux !
– Oui, c’est exactement ce que je ressentais moi aussi! répondit le petit garçon.
Au début je ne savais pas quoi faire de cette colère qui m’envahissait, c’était plus fort que moi, comme si j’étais dans un tourbillon, comme si moi je n’existais plus mais seulement cette colère!
Je regardais furieusement les copains qui m’avait fâché, je criais, je poussais tout le monde, je cassais les jouets et je frappais dans tous les sens.
Mais un jour quand j’étais très en colère, il m’est arrivé quelque chose d’étrange : une Petite Fée est apparue soudain sur mon épaule. Elle m’a donné un petit miroir en chuchotant à mon oreille :
– C’est un Miroir Magique ! Que vois-tu dedans ?
– Mais que puis-je voir … ai-je répondu pressé et nerveux. Rien qu’un garçon fâché et furieux!
La petite fée me sourit gentiment :
– Regarde bien le garçon du Miroir et écoute-le bien ! Qu’est ce qu’il te dit encore ?
– Mais que peut-il dire de plus … qu’il est en colère, c’est tout!
– Plus tu fais du silence, plus tu vas l’entendre. Demande au garçon du Miroir ce dont il a besoin.
– Il a besoin qu’on ne lui arrache plus les jouets, voilà !
– Bien … alors que pourrait-il faire pour qu’on ne lui arrache plus les jouets ?
– Je ne sais pas … Il  pourrait expliquer aux copains comment faire s’ils veulent jouer avec lui et lui demander gentiment de leur prêter les jouets une fois qu’il a fini.
Alors une chose magnifique est arrivée : le garçon du miroir soupira et me dit :
” Et tu pourrais me regarder plus. Lorsque tu me regardes dans le miroir, tu me demandes ce dont j’ai besoin et tu m’écoutes, tu peux trouver des solutions pour tout! Lorsque tu regardes en extérieur vers les autres, tu diriges ta colère vers tes copains, tu leur fais mal et tu ne gagnes rien!
Reste encore avec moi, j’aime tellement quand tu me regardes et tu m’écoutes. Tu passes trop de temps avec tes copains et si peu de temps avec moi. ”
Et je suis resté le miroir devant moi, j’ai souri au garçon du miroir et il m’a souri !
Et depuis, si quelque chose ne va pas et que je me sens triste ou en colère ou que j’ai peur, il suffit de me regarder dans le Miroir Magique et me demander ce dont j’ai besoin. Et tu sais ce que j’ai remarqué ?
Que lorsque moi je suis gentil avec le garçon du miroir, les autres sont gentils avec moi aussi !
– Oui … mais moi je n’ai pas de miroir, soupira l’Arbre tristement.
– Mais si !!! Tu en as u ! Regarde, tu as grandi au bord d’un Lac et tu n’as jamais vu ton reflet dans le Lac. Tu as regardé seulement autour de Toi et jamais en Toi! Viens, je vais t’aider!
L’Arbre, plutôt curieux, inclina doucement ses branches vers le Lac. Des brindilles étrangères apparurent brusquement dans l’eau et regardèrent l’Arbre avec curiosité.
L’Arbre effrayé s’est retiré tout de suite :
– Et si … je ne vois rien ? Et si … je n’aime pas ce que je vois ?
– Et si tu voyais quelque chose ? Et si tu aimais ce que tu voyais? Si tu ne regardes pas dans ton miroir c’est sur que tu n’y vois rien, mais si tu regardes … que pourrais-tu voir ?
Mais qu’est ce qu’il racontait ce garçon ? Il ne comprenait rien à ce qu’il disait.
Et que pourrait-il donc voir dans le Lac ?
Il se pencha encore une fois, les mêmes branches se montrèrent curieuses comme la première fois. Il  se pencha encore et encore jusqu’à ce que toute son image remplisse le Lac entier et les feuilles touchent l’eau. Il tressaillit d’émotions en voyant son image au cœur du Lac, portée pas des milliers de petites vagues.
– Oh! Je n’imaginais pas être si beau, murmura l’Arbre ébloui.
Et il est resté longtemps comme ça,  penché vers le lac, vers soi-moi, à se caresser et à s’embrasser.
Alors quelque chose de merveilleux se passa : L’Arbre du Lac se mit à parler à l’Arbre du sol et lui dit:
” Chaque Arbre a son propre Vent ! Quand on s’aime soi-même, le Vent nous aime aussi ! ”

Après avoir vu et aimé son reflet dans le Lac, l’Arbre s’est retourné vers le sol. Les fleurs, les pissenlits et les brins d’herbe levèrent leur petites têtes curieuses.
– Je vous demande pardon ! dit tristement l’Arbre. Je me suis trompé et je suis désolé. Ce n’était pas votre faute, c’était mon Vent à moi!

Les moineaux et les pigeons volèrent vers lui et se posèrent doucement sur ses branches. Les lapins et les écureuils s’approchèrent eux aussi de l’Arbre.
Ils le comprirent :
– Nous te pardonnons si tu te pardonnes toi-même !
Alors l’Arbre se pencha encore une fois vers le Lac et regarda son reflet dans l’eau :
– Je suis un bon Arbre et je me pardonne !
Et tous les oiseaux et les petits animaux l’entourèrent avec joie et amour. Et lui promirent de l’aider à chaque fois ou il se perd dans son Vent, de lui rappeler à se regarder dans le miroir du Lac.

Et depuis, la première chose qu’il fait chaque matin, est de se regarder dans son Miroir Magique et de se dire:
– Chaque Arbre a son propre Vent ! Je suis un bon Arbre et je m’aime tel que je suis!

Fin

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *